DOUBLE CÉRÉMONIE : COLLATION DES GRADE ET CLÔTURE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 2016-2017

DISCOURS DE POLITIQUE GENERALE DU RECTEUR DE L’UNIVERSITE DE KISANGANI A L’OCCASION DE LA CEREMONIE DE COLLATION DES GRADES ACADEMIQUES ET DE CLOTURE DE L’ANNEE ACADEMIQUE 2016-2017

 
   

                                                            

  • Excellence Monsieur le Gouverneur de la Province de la Tshopo, ici Représenté ;
  • Honorable Président de l’Assemblée Provinciale de la Province de la Tshopo ;
  • Honorables Députés nationaux et Sénateurs ;
  • Honorables Députés provinciaux ;
  • Messieurs les Membres du Gouvernement Provincial;
  • Mesdames et Messieurs les Membres du Comité Provincial de Sécurité ;
  • Madame le Chef de Bureau de la MONUSCO/Kisangani ;
  • Monsieur le Maire de la Ville de Kisangani ;
  • Monsieur le Bourgmestre de la Commune Makiso ;
  • Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etablissements et Membres des Comités de Gestion des Institutions de l’ESU;
  • Mesdames et Messieurs les Directeurs et Représentants des Entreprises publiques et privées, chers partenaires ;
  • Mesdames et Messieurs les Représentants des Organismes de coopération bilatérale et multilatérale ;
  • Madame la Directrice de l’ECOSHTOUR et Messieurs les Doyens des Facultés et Membres des Bureaux Facultaires ;
  • Mesdames et Messieurs les Membres des Corps Académique, Scientifique, Administratif, Technique et Ouvrier ;
  • Distingués Invités ;
  • Camarades Etudiantes et Etudiants ;

Du samedi 15 octobre 2016 au samedi 29 juillet 2017, neuf mois et quatorze jours se sont écoulés depuis que son Excellence Monsieur le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire honoraire, le Professeur Théophile MBEMBA FUNDU di LUYINDU a présidé à cet amphithéâtre, la cérémonie d’ouverture solennelle de l’année académique 2016-2017 pour toute la République. Nous voici encore réunis dans le même cadre, pour la double cérémonie de collation des grades académiques et de clôture de l’année académique 2016-2017, un jour ouvrable avant la date prévue par le calendrier académique. Une performance que notre alma mater réalise depuis sept années académiques successives.

Aussi, qu’il me soit permis de rendre premièrement grâce au Seigneur Dieu, le Pourvoyeur de la Vie, le Maître des temps et des circonstances, pour avoir accordé à tous les membres de notre communauté universitaire, la santé, la motivation et surtout l’amour de mener à bien, chacun dans son secteur, sa part de travail et dont le délicieux fruit est la présente cérémonie, au cours de laquelle de nouveaux cadres seront mis à la disposition de l’humanité et vont enrichir le marché du travail.

Le devoir de reconnaissance m’oblige également d’adresser, au nom de toute la communauté universitaire de Kisangani, les hommages les plus déférents à son Excellence Monsieur le Président de la République et Chef de l’Etat, Grand Chancelier des Universités congolaises, Joseph KABILA KABANGE, pour l’environnement de paix qu’il s’efforce de sauvegarder malgré les difficultés et sans  lequel le fonctionnement de l’Université de Kisangani serait sérieusement mis en danger.

Ma gratitude s’adresse également  au Ministre de tutelle, Son Excellence Steve MBIKAY MABULUKI et à travers lui à tous les organes centraux de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, pour l’accompagnement efficace durant cette année académique. L’Université de Kisangani lui reste reconnaissante pour avoir accepté de présider personnellement le 03 mai 2017, dans cette même salle la double cérémonie de lancement du « Projet d’Education pour la Qualité et la Pertinence des Enseignements aux niveaux Secondaire et Universitaire » (PEQPESU) et de la signature du contrat de performance (CDP) de la Faculté des Sciences.

Que tous les Membres du Comité Provincial de Sécurité ici présents, reçoivent mes vifs remerciements pour l’appui inconditionnel qu’ils ont apporté à l’Université tant sur le plan sécuritaire qu’administratif.

Je ne peux refermer ce registre des remerciements, sans reconnaître, et ce à haute voix, les sacrifices consentis par le Comité de Gestion et tous les membres des corps académique, scientifique,  administratif, technique et ouvrier, durant cette année académique.  Ils ont donné chacun le meilleur de lui-même, en dépit de la perte considérable du pouvoir d’achat suite à la dépréciation de la monnaie nationale face au dollar américain. Vous êtes, Chers membres du personnel, les artisans de cette journée et veuillez recevoir, par ma personne, la reconnaissance du Comité de Gestion et de l’Etat congolais pour le travail abattu au profit de la formation de la jeunesse congolaise.

Je ne serais pas complet si je ne reconnaissais pas la maturité prouvée par les camarades étudiants, tout au long de cette année académique, en dépit de quelques dérapages, en repoussant toutes les sollicitations politiciennes susceptibles de mettre en mal le déroulement des activités académiques. Je vous en félicite donc Chers camarades et tire mon chapeau à la Coordination des étudiants et à la Brigade Estudiantine pour le travail efficace d’encadrement. 

En mémoire de nos vaillants professeurs et agents (les Professeurs ETUKUMALO INOLA, BOKOTA TWANGAKA et ILUNGA KALALA ; le Chef de Travaux TENGAME GONDITE ; les Administratifs DIPO AGBOYA, TEMBELE BOMBASA, BOSIMBA WA LOLELA, NGANDI BOFANDO, SIOLE MANGONDE, BELAU BETAMBE, BOELE LOFOLE, LIFETA LIMBOLE, MENTUTE BANA BWINGE, ALUTA SINANI, MAKANDJO BOLITI et LIKUTU KOLONGO) et de nos camarades étudiants qui ont quitté la scène matérielle durant l’année académique 2016-2017 , je vous invite à observer une minute de silence.

Excellence, Honorables, Mesdames et Messieurs,

La structure de mon allocution  se présente comme suit:

  1. Situation générale de l’Université de Kisangani et état de la coopération ;
  2. Réalisations par secteur et problèmes rencontrés et
  3. Perspectives d’avenir.

1. SITUATION GENERALE DE L’UNIVERSITE DE KISANGANI ET ETAT DE LA COOPERATION

1.1.  Situation générale de l’Université de Kisangani 

Depuis le début de cette année académique en octobre dernier, la situation générale de l’Université de Kisangani est quasiment calme, en dépit de quelques incidents généralement dus aux interruptions intempestives de la fourniture d’électricité dans les homes non réhabilités.

Ces incidents, souvent traduits par les barricades de la route, sont dus à l’impatience des pensionnaires au cycle de délestage et d’entretien mis en place régulièrement par la Société Nationale de l’Electricité (SNEL). En scrutant la précipitation avec laquelle ces barricades sont érigées et l’incompréhension des étudiants lorsqu’ils sont conscientisés, il se dégage que la présence des pensionnaires non étudiants de l’UNIKIS dans ces homes y est pour beaucoup.

La fourniture en électricité n’étant pas gérée par l’Université, le Comité de Gestion avait jugé opportun de renforcer la communication entre la SNEL et les étudiants en mettant à la disposition du Représentant général des Etudiants les coordonnées téléphoniques du responsable de la SNEL, afin de faciliter les échanges d’informations sur le programme de délestage et de ce fait, espérer atténuer les risques de dérapage. En outre, le Comité de Gestion a fait un plaidoyer auprès des responsables de ladite société, afin que les dispositions soient prises dans le sens de réduire au minimum le délestage dans la cité universitaire et d’éviter ainsi des débordements qui en découlent. La maitrise de la situation des homes non réhabilités est le deuxième axe des efforts à fournir par le Comité de Gestion pour endiguer ce mal.

La proximité physique entre les installations de l’IFA/Yangambi et la Faculté de Médecine et de Pharmacie est une source de déstabilisation du climat sécuritaire de cette dernière.  A chaque crise interne à l’IFA, les débordements affectent son fonctionnement. La dernière en date est la tentative de bloquer la passation des examens de la première session en médecine. Le déguerpissement de ces étudiants du home NPK par la Police Nationale Congolaise apportera certainement une solution durable à cette situation.

1.2.            Etat de la coopération

L’état de santé de la coopération entre l’Université de Kisangani et ses partenaires est plus que satisfaisant. La lumière du Flambeau de l’Orient porte de plus en plus loin, renforçant la confiance des anciens partenaires et attirant les nouveaux.

Sur le plan local et national, l’Université de Kisangani a assumé avec succès son rôle de Président de la Conférence des Chefs d’Etablissement de l’Enseignement Supérieur et Universitaire de la Province Orientale démembrée et de Doyen des Chefs d’établissements de l’Enseignement Supérieur et Universitaire de la République Démocratique du Congo. Dans ce cadre, on notera l’organisation de plusieurs rencontres d’information et l’accompagnement des institutions membres pour la formation au 3ème cycle et pour divers dossiers auprès de l’autorité de tutelle et autres autorités locales et nationales. Au niveau national, l’université de Kisangani entretient des relations de collaboration avec toutes les grandes universités du pays. La participation du Recteur à la commémoration du 60ème Anniversaire de l’Université de Lubumbashi et la signature des accords de coopération avec plusieurs établissements d’enseignement supérieur et universitaire en sont les preuves éloquentes de ces bonnes relations.

Au niveau régional et international, l’année académique dont les lampions s’éteignent ce jour a connu la double élection du Recteur de l’Université de Kisangani en qualité de Vice-président du Réseau des Etablissements d’Enseignement Supérieur et des Institutions de Recherche d’Afrique Centrale (REESIRAC) et de membre du Conseil d’Administration, représentant toute l’Afrique Centrale et des Grands Lacs, de la prestigieuse Agence Universitaire de la Francophone, institution intercontinentale. En plus de ces élections qui marquent un début de l’émergence de l’Université de Kisangani au niveau régional et international, il convient également de mentionner le choix de notre Université parmi les 15 institutions d’enseignement supérieures et universitaires africaines retenues par l’Association des Universités Africaines (AUA) dans le cadre du projet « Harmonisation de l’Assurance Qualité et de l’Accréditation dans l’Enseignement Supérieur en Afrique, HAQAA en sigle. A ce sujet, l’Université a subi une évaluation institutionnelle et a reçu la visite de deux experts du Mécanisme Africain d’évaluation de la Qualité (AQRM), ce qui consacre la reconnaissance incontestable de l’Université de Kisangani sur le plan international.

L’autre élément marquant en matière de coopération durant cette année académique est la signature du contrat de performance entre l’Université de Kisangani et le Ministère de tutelle, avec le financement de la Banque Mondiale, dans le cadre du Projet d’Éducation pour la Qualité et la Pertinence des Enseignements aux niveaux Secondaire et Universitaire (PEQPESU). Nous avons tous assisté, dans cette même salle le mercredi 03 mai dernier, à la signature de ce contrat dont l’exécution a débuté en ce mois de juillet.

Ce contrat, qui portera essentiellement sur la Faculté des Sciences de notre Université, vise à atteindre les objectifs suivants :

  1. Développer des programmes professionnalisant sous format LMD et ceux de courte durée répondant aux besoins du marché de l’emploi ;
  2. Améliorer l’utilisation des Technologie de l’Information et de la Communication (TIC) par le renforcement du parc informatique ainsi que par la promotion de l’enseignement et de l’apprentissage avec les TIC ;
  3. Améliorer les liens avec le monde du travail en renforçant les rapports entre la Faculté des Sciences et le monde du travail et en redynamisant l’encadrement des étudiants en stages professionnels, travaux pratiques et visites d’études dans les entreprises ;
  4. Améliorer l’efficacité interne à travers la redynamisation de la Cellule d’Orientation et de Guidance des étudiants de la Faculté des Sciences  et de Gestion des Ressources Naturelles Renouvelables ainsi que par le renforcement de l’encadrement pédagogique des étudiants ;
  5. Améliorer la qualité des enseignements et des apprentissages en rendant opérationnelle la Cellule d’Assurance-Qualité de la Faculté des Sciences, en renforçant les capacités des personnels de gestion, des enseignants, des administratifs aux approches innovantes du système LMD et en renforçant son plateau technique.

Bien que visant particulièrement les deux facultés précitées, ce contrat bénéficiera en réalité à l’ensemble de l’Université. D’où l’obligation de réussite dans sa mise en œuvre.

Par ailleurs, l’Université poursuit sa coopération avec ses partenaires traditionnels parmi lesquels je peux citer le CIFOR, le VLIR-UOS, le Consortium Congo 2010, etc. Elle a participé activement aux réseaux et association scientifiques dont elle est membre : AUF, AUA, CAMES, REESIRAC, RIGEL etc.

Au cours de cette année académique l’Université a signé de nouveux protocoles d’accord ou de partenariats avec :

  1. le Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES) dans le cadre de l’organisation des Olympiades universitaires. Ces Olympiades ont pour but de créer chez les étudiants du 2ème et 3ème cycle l’esprit d’émulation et d’excellence universitaire. A ce titre, notre institution est dans l’obligation de s’y pencher en sélectionnant des candidats sur base de la méritocratie, dans les domaines ci-après, retenus par le CAMES : Biodiversité, bioéthique, biologie appliquée, changements climatiques, chimie appliquée, droit privé, droit public, informatique appliqué, loisirs, mathématiques appliquées, physique appliquée, sciences de gestion, sport et sciences de la santé ;
  2. l’Université de Liège et l’Institut Supérieur de Commerce de Kinshasa/Gombe pour la formation de troisième cycle en Sciences Economiques et de Gestion ;
  3. l’Université de l’Uélé pour la formation de troisième cycle. 

Plusieurs autres propositions de partenariat sont à l’examen et proviennent des institutions suivantes : l'Université de Maroua(Cameroun), l’Université de Burundi ; l’Université évangélique d’Afrique Centrale à Bukavu, l’Université de Bunia, l’Université de Montréal, etc.

Il y a lieu de signaler aussi des visiteurs de marques reçus par l’Université de Kisangani, démontrant son attractivité :

-       les Ambassadeurs de la France, Monsieur Alain REMY ; du  Canada, Madame Ginette MARTIN ; de l’Union Européenne, Monsieur Bart OUVRY ; de l’Allemagne…..

-       les Ministres de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, Monsieur Steeve MBIKAY ; celui des Infrastructures, Travaux Publics et Reconstruction, Monsieur Thomas LUHAKA.

Ces visites, dont les retombées sont l’ouverture d’une salle de formation par objectif universitaire et de l’espace Campus France sont les préludes, ont ouvert des possibilités d’élargissement de la coopération entre notre université et les institutions supérieures et universitaires de la France et du Canada.

La coopération exige la participation à diverses rencontres au niveau national, régional et international tant du personnel que des membres du Comité de Gestion. Dans ce cadre le Recteur a effectué plusieurs missions parmi lesquelles on peut citer celle de :

-           Douala au Cameroun pour prendre part à la réunion constitutive d’un Réseau des Etablissements d’Enseignement Supérieur et des Institution des Recherches d’Afrique Centrale (REESIRAC), où l’Université de Kisangani assume désormais les fonctions de Vice-présent ;

-          Bruxelles en Belgique pour la réunion des institutions scientifiques membres du Consortium Congo 2010 sur le Centre de Surveillance de la Biodiversité ;

-          Marrakech au Maroc pour représenter l’Université de Kisangani à la 17ème Assemblée Générale de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF)

Les autres membres de la communauté universitaire ont eu également à effectuer plusieurs voyages scientifiques ou administratives tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays : au moins 25 missions dans le pays et 44 à l’étranger. Les missions extérieures concernent les pays suivants : la Belgique, le Cameroun, le Benin, le Rwanda, la République Tchèque, les Etats-Unis d’Amérique, la France, la Chine, le Ghana.

2.      REALISATIONS ET PROBLEMES RENCONTRES AU NIVEAU DES SECTEURS

2.1. Dans le secteur académique et scientifique

Les activités menées par l’Université de Kisangani dans ce secteur au cours de l’année académique 2016-2017 font l’objet du rapport académique qui sera bientôt livré par le Secrétaire Général Académique.  

Néanmoins, on peut signaler l’appui apporté pour améliorer la qualité de l’enseignement et de la recherche. En effet, l’Université a ouvert 5 nouvelles salles informatiques connectées à l’internet avec une capacité totale de 143 ordinateurs (Bibliothèque Centrale, FLSH, Boyoma 1 et Boyoma 2) et renforcé l’équipement informatique des quatre autres salles existantes avec 84 ordinateurs (FSSAP, FPSE, FGRNR et FMP). Ces salles informatiques, y compris celles du Cride et le Campus numérique sont destinées à la formation et à l’information ; une bibliothèque numérique y sera accessible par intranet. Ainsi, petit à petit, l’Université comble le fossé de l’accès à l’information technique et scientifique pour un enseignement et des recherches de qualité.

Dans l’effort de garantir l’Assurance-Qualité dans l’enseignement, deux séminaires de renforcement des capacités des enseignants ont été organisés durant cette année académique et ont porté respectivement sur la définition des objectifs pédagogiques et sur l’évaluation des apprentissages. Le Comité de Gestion a été heureux de constater l’effet de contagion que cela a eu sur certaines Facultés et espère que ce virus bénéfique affectera durablement toutes les entités de notre Alma mater.

Concernant la recherche, l’année académique finissant a été caractérisée par l’effort d’internationalisation des revues par l’intégration au sein des comités de rédaction des professeurs d’universités étrangères et l’acquisition des numéros ISSN leur permettant d’être identifiées sur le plan international.   

2. 2.Dans le secteur administratif et patrimonial

A ce jour, les effectifs du personnel de l’Université de Kisangani en activité (y compris les décédés n’ayant pas encore totalisé 6 mois) sont chiffrés à 1.309 agents, répartis en catégories de la manière suivante :

  • Personnel Académique et Scientifique (P.A.S) : 483 dont 46 femmes ;
  • Personnel Administratif, Technique et Ouvrier (PATO) : 826 dont 183 femmes.

Il sied de noter que depuis le début de cette année académique, l’Université a enterré 16 de ses agents, dont 3 membres du Personnel Académique, 1 membre du Personnel Scientifique, 12 du PATO et 2 étudiants .

Concernant le mouvement du personnel, 251 agents de collaboration et d’exécution ont été promus par la Décision rectorale n° 015/R/UNIKIS/2017 du 16 février 2017. Par contre, nous continuons à déplorer le fait que 163 agents ont été injustement omis de listings de paie depuis le premier trimestre de cette année civile.

Sur la grille des affaires sociales, depuis octobre 2016, plus de 700 bons de soins ont été délivrés aux malades (agents, épouses et enfants), dont plus de 200 uniquement aux agents.

Le logement du personnel demeure un casse-tête pour le Comité de Gestion, caractérisé par une  demande effrénée et une disponibilité limitée. La satisfaction, peu soit-elle, de cette demande passe par la libération des maisons occupées par les veuves bien au-delà du délai prévu par le règlement des résidences. A cette fin, le Secrétariat Général Administratif a initié la sensibilisation des veuves ayant dépassé le délai, dans le but d’obtenir à l’amiable la libération des maisons qu’elles occupent.

Dans l’optique de répondre tant soit peu aux sollicitations de logement, le chantier de construction sur les vieilles fondations se trouvant au Quartier Lumbu-Lumbu à Mangobo (dont certaines sont en voie d’être spoliées) est au stade final. Malheureusement, l’incendie survenu dans ce dernier quartier et qui a consumé entièrement tout un bloc, a compliqué davantage la tâche du Comité de Gestion en matière de logement.

Concernant le logement des étudiants, notre Université compte actuellement 5 résidences, avec une capacité d’accueil de 1.168 pensionnaires. Cependant, selon le dernier recensement 1.434 pensionnaires vivent dans ces homes, dont les étudiants de l’UNIKIS et ceux d’autres établissements de l’ESU. Sur les 5 homes, 2 requièrent une réhabilitation urgente au regard de leur niveau de délabrement très avancé et très inquiétant.

Au sujet de son patrimoine l’Université de Kisangani continue à déployer beaucoup d’effort afin d’assurer leur protection face à la convoitise, notamment par l’obtention des titres de propriété. C’est le cas pour le camp Lumbulumbu dont les démarches sont en cours.

Quant aux réalisations dans ce même domaine au courant de cette année académique, on peut citer comme :

  1. Chantiers achevés : https://oesterreichis....ich/
  • Au Groupe Scolaire UNIKIS : un bâtiment de 4 salles de cours ;
  • A côté de la résidence officielle du Recteur de l’UNIKIS une nouvelle villa
  • A la FMP : le laboratoire pour le Département de Pharmacie dont l’inauguration a eu lieu hier vendredi 28 juillet.

​       2. Chantiers en construction : 3

  • A la Faculté de Psychologie et de Sciences de l’Education: un bâtiment à étage pouvant servir des auditoires et de bureaux des enseignants ;
  • A la Faculté des Sciences : un grand bâtiment de trois niveaux destiné aux auditoires, construit avec l’appui de l’Union européenne.

       3. Autres réalisations :

L’Université de Kisangani a totalement équipé en mobilier, sur fonds propres, la deuxième maison d’accueil au village TOENGAHO, soit 6 chambre et 2 appartements. Celle-ci a permis à l’UNIKIS d’accroitre considérablement sa capacité d’accueil des professeurs visiteurs.

Dans le souci d’accélérer le retour des Cliniques universitaires à leur site modernisé au regard du retard pris par le Gouvernement pour leur équipement, l’Université a, avec ses moyens de bord, acheté de 105 lits et 105 matelas ainsi que d’autres matériels. L’effort fourni par le Comité de Gestion a permis également l’obtention d’une dotation du Gouvernement congolais, pour les Cliniques Universitaires, des équipements et matériels médico-sanitaires important, ce qui nous permet d’annoncer la reprise des activités dans son site réhabilité et modernisé d’ici la rentrée académique 2017-2018.

Pour assurer le déploiement des ordinateurs reçus dans le cadre de la coopération avec le VLIR, l’Université a acquis, toujours sur fonds propres, 100 tables et 200 chaises et assuré les travaux de câblage internet et électrique des salles informatiques présentées plus haut.

2. 3.Dans le secteur de l’administration du Budget

L’Université de Kisangani est résolument engagé à l’amélioration de sa gouvernance financière et budgétaire. Aussi, tous les documents financiers exigés par la réglementation ont été produits : les prévisions budgétaires, les rapports budgétaires et financiers. Cependant, l’Université a souffert, dans l’exécution de son budget, de la dépréciation spectaculaire du franc congolais face au dollar américain. En effet, l’Instruction Académique 018 ayant arrêté un taux fixe de 967 francs le dollar alors que celui-ci a grimpé jusqu’à 1750 aujourd’hui, le budget a donc dévalué de plus de 50 %. Les dépenses pour la mobilité, le fonctionnement, la connexion internet se sont vues ainsi multipliées par deux, asphyxiant la trésorerie. Pour contenir dans une certaine mesure cette situation désagréable et maintenir ainsi un certain équilibre, l’Université n’a         eu d’autres choix que de faire recours à la compression des charges et à la rationalisation des dépenses. Cette dépréciation a failli causer un grand retard dans l’exécution du calendrier académique, les enseignants visiteurs ayant manifesté de la réticence à venir à l’Université de Kisangani suite au taux ministériel appliqué. Aussi l’Université a-t-elle été obligée de remonter ce taux à 1300 francs puis à 1500 francs vers la fin de l’année académique.

Afin de permettre à l’Université une transition en douceur vers le plan comptable Ohada, un programme de formation de tous les comptables a été mis sur pied et l’Université pourra utiliser l’expertise du Centre de formation continue MONACO pour ce faire. 

III. PERSPECTIVES D’AVENIR

L’Université poursuit inlassablement sa politique de refondation. Après la mise en œuvre du premier plan quinquennal 2010-2015 et son évaluation, le deuxième plan a été élaboré et adopté par le Conseil de l’Université au courant de cette année académique : le Plan Stratégique 2016-2020.  Ce plan est fondé sur trois valeurs cardinales : Excellence, Efficience et Employabilité : les 3E

Durant les cinq années avenir, l’Université de Kisangani se propose de devenir un pool d’excellence en matière de formation, de recherche et de gestion durable des ressources naturelles renouvelables dans le bassin de la cuvette centrale ; de faire l’utilisation optimale des ressources humaines et financières disponibles pour obtenir le maximum possible des résultats attendus dans le temps acceptable et de structurer la formation en tenant compte des exigences du marché d’emploi.

Quatre axes stratégiques vont désormais guider l’Université dans le chemin de la réalisation des 3 E :

Axe stratégique I   : amélioration de la qualité des enseignements et de la recherche

Axe stratégique II : renforcement des plateaux techniques (et scientifiques) et des supports d’appui à l’enseignement

Axe stratégique III : intégration du monde professionnel dans la formation universitaire et le développement de l’entrepreneuriat

Axe stratégique IV : renforcement du partenariat national et international

                                                           

C’est dans cette perspective qu’au début de l’académique prochaine, une équipe d’experts de l’Institut de la Francophonie pour la bonne Gouvernance Universitaire séjourneront à l’Université de Kisangani pour un atelier de formation sur la démarche qualité et la planification stratégique auquel tous les responsables des entités et des directions devront participer afin que du Plan stratégique général, chaque entité élabore son plan opérationnel pour les cinq ans avenir. Fini l’époque d’une navigation à vue, d’une gouvernance sans vision, sans prévision, sans objectifs !

Dans le cadre de l’intégration du monde professionnel dans la formation universitaire, la mouture de l’interface Université-Monde professionnel est mise sur pied au niveau central. Chaque entité de l’Université devra faire de même en fonction de son domaine de formation afin de combler le fossé qui sépare l’Université au monde professionnel et favoriser l’employabilité des étudiants que nous formons par l’adéquation entre la formation les besoins de la société. L’Agence Universitaire de la Francophonie et d’autres partenaires sont disposés à nous accompagner dans la réalisation de cette mission.

Afin d’assurer l’excellence, et en tirant des leçons de l’auto-évaluation subie par les experts de l’Union Africaine, l’Université se propose de renforcer le fonctionnement des cellules Assurance-Qualité au niveau de toutes les entités sur le plan de l’enseignement, de la recherche et de l’Administration. Il est à noter que la qualité de vie au travail fera désormais partie intégrante des critères d’appréciation des responsables des entités.

Pour concrétiser cette vision, dès la rentrée académique prochaine, des Plan de Travail Annuel pour l’année 2017-2018 devront être élaborés à tous les niveaux, afin de poursuivre la mise en œuvre de notre Plan Stratégique 2016-2020.

Tels sont mesdames et messieurs les perspectives que l’Université se propose pour les années avenir. L’effort de tous est requis pour la matérialisation de ces ambitions légitimes.

Je termine mon adresse en félicitant tous les étudiants lauréats et de manière particulière le premier licencié en Pharmacie de l’UNIKIS qui sera, sans aucun doute et s’il le veut bien, engagé comme Assistant à la Faculté de Médecine et de Pharmacie pour faire sans carrière au Département de pharmacie.

Pour ceux qui sont ajournés, je leur dis courage ! Vous avez perdu une bataille, mais pas la guerre.

Que vive la République Démocratique du Congo !

Que vivent l’Enseignement Supérieur et Universitaire !

Que vive l’Université de Kisangani, Flambeau de l’Orient !

 

Nous vous remercions.

 

Fait à Kisangani, le 29 juillet 2017

 

LE RECTEUR,

Faustin TOENGAHO LOKUNDO

Professeur Ordinaire

 

 

Service de communication Rectorat